Breizh Steam Punk Society
In yodel we trust

Odoroscope


Lors de ses expéditions les plus lointaines la Breizh Steampunk Society était confronté à un problème récurrent : l’analyse des différents éléments, des preuves trouvées et des trucs bizarres en tout genre n ’était pas forcement simple loin de tout laboratoire digne de ce nom.

C’est pourquoi, les plus brillants esprits de notre époque se sont réunis et après avoir réfléchi pendant des heures au bar du club se sont fait virer manu miltari par Archibald Eugène Cornélius et le projet a été confié notre ingénieur Steamkeeper.

Le résultat en a été cette fabuleuse trouvaille qu’est l’odoroscope. Utilisant les propriétés olfactives de tous les matériaux, l’odoroscope permet de vaporiser les vapeurs s’élevant d’un objet, d’amplifier les odeurs et permettant d’analyser absolument tout ce que vous pouvez imaginer à condition d’entrainer suffisamment votre odorat.

Par exemple le cuivre sent le lilas accompagné d’une touche de cacao brulé, avec des relents de brise marine s’il est couvert de corrosion. Bien évidemment plus l’objet est constitué de nombreuses matières, plus il est difficile à analyser. De la même manière les nez les plus entrainer peuvent déterminer avec exactitude l’âge d’un objet.

Ce premier modèle d’une longue lignée inspirera bien des siècles plus tard (et cela nous a été confirmé par le Professeur Herminoire lors d’un de ses derniers voyages) le fabuleux flairoscope (smell-O-scope) du Professeur Hubert Farnsworth.


Photos